Final Fantasy III
Introduction
Final Fantasy III > Introduction


Après le succès de Final Fantasy 1er du nom, l'avenir était maintenant sûr ; il fallait pérenniser la série, bien qu'elle n'était pas pré-destinée à engendrer des " suites ". C'est alors que naquit Final fantasy II, puis le troisième opus qui lui, vit le jour 2 ans plus tard, en 1990, seulement au Japon sur la Famicon. Le jeu n'est jamais sortit en Europe. Il nous aura fallu attendre 2006 pour voir arriver une ré-édition dans nos contrées sur Nintendo DS.

Lumière contre Ténèbres

Ce thème devient très récurent dans la saga Final Fantasy. L'aventure se tourne vers une nouvelle optique contrairement à son grand frère Final Fantasy II. Cette fois-ci, on nous narre l'histoire, bien qu'il s'agisse une fois de plus, de 4 jeunes orphelins partant à l'aventure, appelés par les Cristaux de Lumière. Il y a longtemps, la Lumière failli anéantir les Ténèbres, qui la repoussa grâce à ses 4 cristaux. De nos jours, c'est au tour des ténèbres d'avancer rapidement, et donc à la Lumière de faire appel à 4 guerriers appelés par les 4 Cristaux lumineux. C'est ainsi que Luneth, Arc, Refia et Ingus furent choisi pour contrer le "Nuage de Ténèbres" qui approche à grand pas. Car évidemment, il existe une équilibre qui ne doit être rompu, la Lumière existe mais doit laisser sa part aux Ténèbres également. Seulement quand l'une des deux partie s'avance de trop, elle doit être repoussée pour préserver l'équilibre du monde. C'est là que nos 4 protagonistes interviennent.


Un jeu d'apparence simple, mais qui se révèle difficile

L'aventure commence avec un simple mauvais pas ; Luneth (que l'ont peut renommer à notre guise) part en excursion dans la forêt et tombe accidentellement dans un fossé. Il trouve alors un cristal qui le déclare porteur de l'Espoir, et lui demande de retrouver ses compagnons pour qu'à eux 4 ils puissent porter la Lumière du cristal, et ainsi sauver le monde qui se fait envahir par les Ténèbres. C'est alors que débute la quête. Oui mais laquelle ? On ne nous en dit que très peu, et les seules fois où des explications nous sont données, on ne sait pas où aller ni que faire. Il n'est pas non plus indiqué dans le menu les actions à effectuer. Le seul moyen est de se rappeler de ce qu'on a à faire, et de suivre ainsi le filon de l'histoire qui sera déterminée au fur et à mesure.
Les combats au tour par tour sont toujours de la partie et restent inchangés depuis le dernier Final Fantasy. On avouera seulement la lenteur de ces derniers, les rendant interminables, même les plus simples. D'autant plus quand votre équipe est au grand complet. Un peu plus de punch n'aurait pas fait de mal. Le personnage, quand il est attaqué, se voit s’agenouiller quand il perd la majorité de sa barre de vie. Ce petit plus apporte du réalisme dans les combats, et vous indique par la même occasion que vous aurez très vite besoin de le soigner.


Concernant les sauvegardes, elles ne s'effectuent dans le Menu qu'une fois arrivé sur la Carte du Monde. Soyez futés : Retour à la Mapmonde = Sauvegarde. Cela vous évitera les scénarios à vous en arracher les cheveux : un Game Over suivit d'un " OH MON DIEU ! Je dois tout refaire ! ". Tout au long de l'aventure vous aurez à acquérir plus d'une vingtaines de jobs, à commencer par le Free-Lance, le Guerrier, le Moine, ou les éternels Mages Blancs/Noirs, et Rouges, et bien plus encore.

Une plateforme bien exploitée

Pour la sortie sur DS, la scène d'introduction a bénéficié d'une refonte complète et le résultat est surprenant. Tout au long, de la cinématique superbement travaillée, on peut entrevoir les 4 protagonistes ainsi que leurs différents Job (Magicien, Mage Rouge), et leurs ennemis, accompagnés d'une sublime mélodie d'ouverture composées par Nobuo Uematsu qui était également le compositeur de Final Fantasy et Final Fantasy II. Au delà de ça, on sera peut-être réticent quant aux graphismes du jeu. L'effet donné est plus "mignon" que pixelisé, même si ces derniers sont assez présent.


L'écran tactile devient enfin plus qu'utile. Il est même fortement conseillé pour une question de pratique et de rapidité. Tout le jeu peut se jouer sur l'écran inférieur, que ce soit pour le menu, pour se déplacer dans le jeu, ou pendant les combats. Les boutons deviennent obsolètes, mais sont quand même utilisables. Aucune configuration est nécessaire, vous pouvez permuter de l'écran aux boutons directement.

Conclusion

Final Fantasy III tendra plus à satisfaire les joueurs de DS. L'histoire étant relativement vide au départ se complètera durant l'aventure, mais la difficulté du jeu reste tout de même assez élevée (tant pour ses combats que lors du déplacement pendant l'aventure). L'histoire est longue et périlleuse mais les plus braves d'entre vous sauront passer assez de temps pour parvenir à la Paix du monde. Les Final Fantasy suivants prouvent que la série plait aux joueurs et saura les satisfaire à chaque opus pour différentes raisons. Cet opus est aussi un bon épisode à jouer pour les plus gourmands de la série.


Haut de Page


1 membre connecté - Zeeva
0 membre connecté sur KHResort