Final Fantasy XII > Introduction

Final Fantasy XII est sorti sur PlayStation 2 le 16 mars 2006 au Japon. Il a été édité en Amérique du Nord le 31 octobre 2006 par Square Enix, et en Europe en février 2007 par Ubisoft Europe. Il a reçu de nombreuses récompenses de "Meilleur jeu de l'année" par de nombreuses critiques. En 2006 il est le quatrième Best-Seller sur Playstation 2 dans le monde entier. Une suite sort ensuite en 2007 sur DS sous le nom de Final Fantasy XII : Revenant Wings. Une amélioration du jeu sort au japon sous le nom de "International Jodiac Zob System" avec quelques ajouts et corrections au niveau du gameplay et scénario. En 2007 Final Fantasy XII a été vendu à 5.5 millions d’exemplaires à travers le monde.


Le jeu se déroule dans le monde fabuleux d'Ivalice, celui-ci divisé en trois continents : Ordalia, Valendia et Kerwon. Ordalia se situe dans la partie occidentale d'Ivalice, où se trouve l'empire de Rosarria. Le continent de Kerwon est au sud d'Ivalice, il présente un relief et climat plus varié que les autres continents. Sur le continent de Valendia se trouve l'empire d'Archadia, qui se compose majoritairement de plaines à perte de vue. Entre Ordalia et Valendia se trouve la Péninsule Galtéenne d'Ordalia où l'on retrouve un petit royaume nommé Dalmasca, c'est là que débute notre aventure. Un climat plutôt tempéré, Dalmasca est entouré de déserts qui le rendent différent des autres régions. Cependant ce petit royaume se trouve dans une bien fâcheuse position entre le conflit opposant deux grands royaumes : Rosarria et Archadia.


L'histoire débute à Rabanastre, capitale du royaume de Dalmasca quelques années avant la trame principale. La ville célèbre le grand mariage entre la princesse de Dalmasca : Ashe et le prince de Nabradia : Rasler. Celui-ci est vite interrompu par l'empire d'Archadia qui envahit Dalmasca ainsi que Nabradia. La guerre causa de nombreux morts dont le prince Rasler. Pendant ce temps une équipe menée par Basch, l'un des meilleurs chevalier de Dalmasca, s’infiltre dans le château du royaume pour protéger le Roi de Dalmasca, Ramnias. Celui-ci trahit le royaume et assassine le Roi ainsi qu'un jeune soldat de 17 ans du nom de Reks. La princesse Ashe est portée disparue depuis.

Deux ans après les évenements, nous retrouvons Vaan, frère cadet de Reks, à Rabanastre. Il réussi à s’infiltrer dans le Palais de Rabanastre durant le dîner organisé en l'honneur du nouveau Consul de Dalmasca : Vayne. Il parvient à voler le Magilithe de la Déese, objet de valeur selon lui, mais se fait pourchasser par la suite par les gardes du palais ainsi que deux inconnus : Balthier et Fran. qui se disent Pirates du ciel. Leur fuite tourne mal et les trois personnes sont capturées et jetées dans le donjon de Nalbina. En tentant de s'enfuir, ils font la rencontre de Basch enchainé dans le donjon depuis 2 ans déjà pour trahison. Celui-ci nie les évènements au Palais et propose son aide au groupe pour faire renaître la vérité. Suite à ça s'ensuit de nombreux évènements qui vont mener Vaan et le groupe contre l'empire entier d'Alchadia.


Final Fantasy XII avait pour tâche d’être à là Playstation 2 ce que Final Fantasy IX était à la PlayStation : une fin en apothéose. Pourtant, il s’agit de l’un des plus controversés des Final Fantasy, tant il tranche radicalement avec ses aînés en de nombreux points.
S’assimilant bien plus à un jeu de stratégie qu’à un jeu de combat au tour par tour, notamment en raison de son système de gambits, Final Fantasy XII semble également renier son héritage de culture japonaise au profit d’une culture occidentale exagérément développée et s’inscrit par là-même dans la volonté de Square Enix de produire des RPG occidentalisés. Ajoutons à cela une histoire, certes profonde et riche en ce qu’elle est connectée à celle des Final Fantasy Tactics, mais terriblement complexe pour un nouveau venu, ainsi que des personnages manquant majoritairement de charisme ou bien stéréotypés, et vous aurez un aperçu des raisons qui poussent bon nombre de joueurs à détester cet opus.

Pourtant, ce jeu n’est clairement pas dénué de qualités, comme en atteste l’énorme marge de liberté offerte par une exploration sans précédent, des graphismes poussés à leur paroxysme avec l’avènement d’une 3D complète, et une ambiance qui a le mérite d’être immersive.


Final Fantasy XII aura au moins eu le mérite d’exploiter à son potentiel maximal la capacité graphique de la PlayStation 2. En effet, le jeu est désormais en 3D complète, et le joystick droit permet véritablement de tourner la caméra dans une bonne partie des directions imaginables. On aurait apprécié cependant une fonction supplémentaire permettant de zoomer ou dé-zoomer convenablement, mais le contrôle de la caméra est déjà une satisfaction en soi.
Les scènes cinématiques pré-calculées restent un régal pour les yeux, tandis que les scènes en temps réel ne manquent certainement pas de charme et de fluidité. Grâce à la 3D complète le jeu offre également un terrain de jeu époustouflant, alliant 3 continents dans une mappemonde immense aux décors variés, privilégiant ainsi l’exploration.


Si Final Fantasy XII s’assimile bien plus à un jeu de stratégie qu’à un jeu de combat au tour par tour, c’est principalement en raison de son système de combat ADB (Active Dimension Battle). Comptez déjà sur le fait de ne plus voir de transition entre exploration et combat, les ennemis étant directement visibles sur l’écran. Il en résulte qu’il est également possible de se déplacer pendant le combat, que ce soit pour s’éloigner d’un ennemi trop entreprenant, de se rapprocher d’une cible à abattre, ou encore de fuir une bataille perdue d’avance.
Même si la jauge ATB est encore présente, le rythme des combats, certes beaucoup moins soutenu que dans un Kingdom Hearts, mais tout de même très rapide pour un Final Fantasy, vous contraindra à automatiser les actions effectuées. A cet effet, vous devrez obligatoirement utiliser les Gambits, qui constituent une série d’instructions propre à chaque personnage et déterminant son comportement en fonction de chaque situation. Si les Gambits les plus judicieux consistent à faire soigner un allié lorsque ses HP tombent sous un certain seuil, ou à attaquer un ennemi atteint de l’altération Huile avec un sort Feu3 le cas échéant, rien ne vous empêche d’établir des Gambits plus exotiques. A cela s'ajoute les magnifiques Impulsions, sorte d'Overdrive qui utilisent votre Myst (MP) pour enchaîner le plus d'Impulsions possible entre personnages pour faire le maximum de dégâts, tout en appréciant la beauté de la mise en scène de celles-ci.

Haut de Page


1 membre connecté - Noxat
0 membre connecté sur KHResort